Secret de la «Dame capricieuse» sous le nom «Aquarelle»

Alexandra Otieva est un artiste moderne, actif et populaire, née en Russie. Maître de l’aquarelle. Ayant subi l’influence de l’école russe de l’aquarelle sur papier humide, Alexandra s’exprime dans différents genres, représentant son intérieur. La largeur émotionnelle et la richesse sont les qualités principales non seulement des aquarelles, mais aussi de l'auteur qui a choisi l'une des techniques les plus compliquées de la peinture. Grâce aux tons clairs ou transparents du pinceau et aux détails, l'artiste crée les œuvres qui inspirent la réflexion et le rêve. Elle montre que l'aquarelle n'est pas seulement une peinture pastel transparente, mais aussi une technique brillante, riche en émotions et sophistiquée. A partir de 24 ans Alexandra habite et travaille à la Côte d'Azur, qui inspirait des artistes par sa lumière particulière, les couleurs de la mer au cours des siècles.

Comment êtes-vous devenue artiste?

J’ai commencé à dessiner dès que j'ai appris à tenir un crayon, et je savais toujours que je deviendrais artiste. J’ai appris l’aquarelle dans les ateliers de l’Union des artistes à Saratov, car c'est seulement en Russie l'une des techniques les plus compliquées - l'aquarelle sur papier humide – est tellement développée.

Avant de vous tremper la tête dans l’art, vous avez appris le métier d’économiste international. Racontez–nous, s.v.p., comment êtes-vous arrivée aux réalisations artistiques d'aujourd'hui?

Je suis devenue artiste avant d’être un économiste. J’ai combiné la période de mes études pour un économiste avec l’art et j’ai passé les jours dans les ateliers, maîtrisant l’aquarelle à la recherche du moyen de m’exprimer. En deuxième année de l’université économique, j'ai participé à ma première exposition internationale en France. Je me suis toujours rendue compte que la vie est l’unique, et il est insensé de la dépenser non pas sur ma vocation et de ne pas vivre de rêves. Je me suis décidée à une étape la plus importante dans ma vie – j’ai pris les tableaux, les peintures et j’ai déménagé en France pour me consacrer à l’art.

Êtes-vous influencé par les tendances dans l’art, si oui, lesquelles?

Je suis toujours à l'écoute de mon coeur. Toutes les images sont nées au fond de moi, inspirées par la nature et les gens. Depuis mon enfance, je rêvais de dessiner pour que la peinture soit digne d’être décorée et accrochée au mur, et pas seulement de la mettre dans un l'album des esquisses d'enfant. J'étais toujours fascinée et inspirée par les peintures des impressionnistes, ainsi que par la liberté d'expression.

Quels travaux sont les plus importants pour vous et pourquoi?

Il est difficile de déterminer les préferences de ses propres œuvres. Chaque œuvre est importante à sa manière parce qu’elle reflète la partie de mon intérieur.

Quels matériaux utilisez-vous?

J’utilise le papier d'aquarelle française – 100% cotton et l’aquarelle «de Pétersbourg» la meilleure dans le monde à la base du miel.

Qu’est-ce que vous voulez transmettre au spectateur à travers vos œuvres?

Evoquer les émotions et les sentiments. Il est très important que la peinture plaise et touche telle ou telle corde de l’âme – des souvenirs, de la joie ou de la tristesse, des rêves...

Alexandra, racontez, s.v.p., sur votre manière de peindre.

L’aquarelle sur papier humide – c’est une technique consistant à mouiller abondamment la feuille avec de l'eau des deux côtés et à appliquer la peinture en une seule séance. La maîtrise de la technique demande du temps et de l'attention de l'artiste, il faut savoir bien le degré d'abreuvage du papier de l’eau (l'aquarelle est déjà une peinture soluble dans l'eau) afin d'obtenir l'effet souhaité. Il est impossible de corriger une erreur dans ce type de peinture. Le dynamisme d’une touche, les effets de couleur, la transparence particulière et la fluidité sont des qualités incomparables de l’aquarelle.

Votre sujet préféré, votre source d'inspiration?

Je voyage beaucoup et je puise l'inspiration de la nature, de nouvelles émotions, de la musique, les gens, eux aussi, m’inspirent beaucoup. Le plus important est la nature dans toutes ses manifestations, car ce qu'elle crée est «idéal, envoûtant et parfois irréel». Pour moi l'art est devenu un moyen de m’exprimer, un reflet de mon intérieur, une perception de l'environnement. Le voyage à travers la vie – qu’est-ce qui peut être plus mystérieux? L’humeur est une partie indispensable d’un paysage à l’aquarelle. Mon but est de trouver intuitivement par la vision d’auteur la particularité du paysage qui donne aux œuvres un accent unique.

Quelles sont les étapes prinsipales de votre voie artistique?

Regardant en arrière, je pense que la dominante déterminante était mon déménagement en France - le processus de formation de la personnalité, le fait de grandir, le désir d’aller au bout de mes rêves malgré les difficultés. À l’âge de 24 ans, abandonner l’emploi fixe qui fait vivre et suivre mon désir de créer était l’une des étapes les plus importantes de ma vie, qui a déterminé mon destin ultérieur d’artiste en France. Dans mes peintures, vous pouvez marquer différentes périodes et observer comment la nature du travail et la palette de couleurs se changent.

Qu'est-ce qui vous a inspiré à créer une série sous le nom «Impressions», «Toscana» et «Hiver russe»?

« Impressions » - c’est l’intérieur de rêves, d’espoirs et d’ambitions...

« Toscana » est inspirée par mes voyages le long de cette belle région. Grâce à l'inspiration immense il y a toute la série d’œuvres étonnantes. « Hiver russe » c’est quelque chose de particulier, la nostalgie sur la nature russe, la littérature classique russe, les souvenirs d’enfance, kaleidoscope de sentiments.

Comment décririez-vous vos œuvres à celui qui les découvre pour la première fois?

C'est une expression! Je pense toujours aux tableaux, aux idées, aux sujets et il y a un véritable processus créatif du mûrissage de l'image dans ma tête avant qu'elle ne mise en œuvre. Permettre à mon imagination, inspirée par un facteur, de mûrir et de se répandre dehors c'est un vrai plaisir.

Y a-t-il beaucoup de spontanéité dans vos œuvres?

Il est important de permettre à l'eau et à l'aquarelle de se mélanger et de faire leur travail, en introduisant un aspect de la spontanéité tout en le détectant et en le gérant d’une manière subtile. Ça c’est le secret de la «dame capricieuse» sous le nom Aquarelle.

Quels sont vos projets d’avenir?

Continuer à me développer comme artiste, créer des œuvres qui excitent et inspirent le spectateur et moi. Garder et transmettre cette merveilleuse technique de l'aquarelle aux générations à venir. J'espère qu'un jour mes œuvres prendront place dans le monde de l'art et que mon rêve d'enfance se réalisera - voir mes peintures dans les musées du monde.

Racontez en détail sur vos projets futurs.

J’ai pris des vacances créatives pour quelques mois et j'ai arrêté mon activité d'artiste, car j'ai commencé le plus grand, le plus important et le meilleur œuvre de ma vie, je vais bientôt devenir mère.

Magazine «Assorti», 2014